Chronique

Chronique : Je peux très bien me passer de toi

Bonjour bonjour!

A l’heure où je vous écris cette chronique, je viens à peine de terminer ce livre que j’ai dévoré en à peine deux jours.

Rares sont les romans qui provoquent chez moi des rires ou des pleures car je suis d’un naturel plutôt discrète quand je lis… Pas du genre à avoir un fou rire toute seule. J’ai l’impression que ça me donne l’air idiote. Pourtant, là, je n’ai pas su résister…

Résumé

Chloé, 28 ans et Parisienne jusqu’au bout des ongles, enchaîne les histoires d’amour catastrophiques. Un jour, elle conclut un pacte avec son amie Constance. Chloé devra s’exiler en pleine campagne avec l’interdiction d’approcher un homme et réaliser son rêve de toujours : écrire un roman. Constance, incorrigible romantique, s’engagera à coucher le premier soir avec un parfait inconnu.

De Paris aux vignobles du Bordelais en passant par Londres, cet étrange pari entraînera les deux amies bien plus loin que prévu… Réussiront-elles à tenir leur engagement ?

Mon avis

J’ai découvert ce livre il n y a pas longtemps et je me suis dit et pourquoi pas sortir un peu de ma zone de confort? La dernière fois que j’avais tenté un tel exploit c’était avec le roman calendar girl que j’ai détesté. Mais bref, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis lancée avec l’appréhension de trouver une histoire un peu niaise. Et bien pas du tout!

On y rencontre donc Chloé, la fille sûre d’elle avec le coeur brisé et Constance la petite timide qui attend le prince charmant… Je pense que la raison principale qui a fait que j’ai autant accroché avec ce livre est le fait que j’ai pu m’identifier facilement aux deux personnages… Avant j’étais Constance, ensuite je suis devenue Chloé et puis maintenant je suis un peu des deux… Et elles sont tellement attachantes! J’ai passé deux jours à lire cette histoire… Deux jours où je suis passée du rire aux larmes en quelques secondes et je ne me souviens pas avoir déjà lu un roman qui m’aie fait pareil effet…

Pour ce qui est de l’histoire elle est fraiche et rafraichissante.  Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde avec toutes les péripéties de nos deux aventurières de l’amour… J’étais intriguée par les personnages, par leurs histoires, par leurs secrets ( surtout celui de Chloé et celui de Vincent). Tous les personnages sont sympathiques, drôles, émouvants…

Même si nous désapprouvons parfois certains choix ou certains comportements de nos héroïnes elles sont trop attachantes pour être jugées. Nous ne devrions d’ailleurs jamais juger… que ce soit nos personnages de romans ou nos amis…

Je voudrais terminer cet article par quelques citations que j’ai noté durant ma lecture et en profiter pour vous glisser un petit mot dessus…

« Elle a beau se plaindre, je donnerais dix ans de ma vie et mon sein droit pour être Chloé Lacombe. Rectification. Je donnerais dix ans de ma vie et mon sein gauche (il est un peu plus gros que le droit). »

Qui n’a jamais rêvé d’être une autre personne? Une femme plus grande, une femme plus ambitieuse, une femme dont la carrière est plus brillante… Mais si j’ai compris une chose avec ce roman c’est bien que chaque femme pense la même chose. Constance rêve d’être Chloé et Chloé rêve d’être Constance… Nous devions plutôt nous concentrer sur pourquoi nous sommes heureuses d’être nous plutôt que pourquoi nous voudrions être quelqu’un d’autre…

« De toute façon, premier soir ou pas, qu’est ce que ça peut faire? Dans ce monde d’abrutis, une fille couche toujours trop ou pas assez. La vraie liberté, c’est de faire ce qu’on a envie quand on en a envie sans se poser de question. »

Et c’est bien vrai… Après tout, notre vie ne regarde que nous et surement pas des inconnus… Et puis qui sommes nous pour juger les autres?

« Mais la réalité est pourrie, dans la réalité on n’est jamais heureux, rien ne marche et tout finit mal. Le bonheur n’existe que dans les livres et l’imagination des rêveurs. »

Cette phrase m’a fait sourire tout simplement parque je pense souvent la même chose. Je crois pouvoir affirmer que, pour beaucoup d’entre nous, la lecture est un moyen d’échapper aux petits tracas du quotidien.

« J’ai lu un jour dans Grazia qu’un des facteurs principaux des différences de salaire entre hommes et femmes résidait dans la capacité des hommes à négocier systématiquement leur salaire, alors que les femmes n’osent jamais rien demander. »

Verdict : on devrait l’ouvrir beaucoup plus souvent!

N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous connaissez ce livre! Si vous l’avez aimé ou pas… Ou à me donner votre avis sur une citation ou même plusieurs.

Gros bisous!

 

7 commentaires sur “Chronique : Je peux très bien me passer de toi

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s