Chronique·Non classé

La menteuse et la ville. Ayelet Gundar-Goshen

Salut les ptites loutres!

Cela fait déjà quelque temps que je ne vous ai plus posté d’articles, ni répondu à vos commentaires… La faute aux études, à la pression, à une panne de lecture de plus d’un mois qui m’a complètement bloquée… Heureusement le salon du livre de Lille m’a permis de découvrir le superbe tome 1 de la saga Les soeurs Carmine dont la chronique arrivera très bientôt!

Mais pour l’heure, concentrons-nous sur un roman que j’ai découvert sur le site Netgalley : La menteuse et la ville, écrit par Ayelet Gundar-Goshen et publié chez Presse de la cité. Si vous me suivez depuis les débuts du blogs, vous savez que c’est une maison d’édition que j’aime particulièrement et je la remercie pour cette découverte.

Résumé

Nymphea porte un nom de fleur mais son quotidien est loin d’être rose. À dix-sept ans, elle traîne ses complexes et souffre d’une vie insignifiante, où rien ne lui arrive jamais. En vendant des glaces pendant l’été, elle espère enfin sentir souffler le vent de l’aventure. Mais rien ne se passe… Jusqu’au jour où Avishaï Milner, chanteur populaire sur le retour, franchit le seuil de son échoppe. Pressé et méprisant, le play-boy déchu agresse verbalement Nymphea, puis la poursuit dans l’arrière-cour où elle s’est enfuie. Lorsqu’il la saisit par le bras, elle hurle et, l’instant d’après, toute la ville est là. En quelques secondes, la jeune fille récrit l’histoire, et Avishaï se retrouve en garde à vue pour tentative de viol sur mineure. Quant à la pseudo-victime, elle est propulsée au rang d’icône, Cendrillon en croisade contre les violences masculines. Pendant ce temps, une autre femme est elle aussi entraînée dans un mensonge dont elle ne mesure pas encore les retombées : Raymonde, vieille juive issue de l’immigration marocaine en Israël, prend l’identité de Rivka, sa meilleure amie, rescapée des camps… Fidèle au thème qu’elle ne cesse de sonder de livre en livre – le mensonge et la façon dont il referme ses griffes sur des individus même dépourvus de mauvaises intentions –, Ayelet Gundar-Goshen signe ici une fable urbaine subversive, caustique et tendre à la fois, aux mille et un retournements de situation. Le témoignage d’une littérature israélienne vivace, libre et engagée.

Mon avis

On découvre ici Nymphea, une adolescente de dix-sept ans, mal dans sa peau, délaissée par les autres adolescents, comparée sans cesse à sa sœur bien plus jolie. Mais sa vie bascule lorsque Avishaï Milner, un ancien chanteur populaire et imbu de lui même, entre acheter une glace dans la boutique où Nymphea travaille. Si ce début sonne comme un compte de fée, comme la promesse d’une belle romance, il n’en est rien. Agressée verbalement par le chanteur, Nymphea s’enfuit à l’arrière de la boutique, elle hurle et s’en suit alors une plainte pour tentative de viol… Une plainte que Nymphea sait infondée mais dans laquelle elle va s’enfoncer jusqu’au cou. Entre remords et satisfaction d’être enfin sous les feux des projecteurs, l’aventure de la jeune fille se prolonge. En parallèle, on découvre Raymonde qui, elle aussi , s’enfonce petit à petit dans un tout autre mensonge.

La raison pour laquelle ce livre m’a intriguée est sans doute la découverte d’une plume israélienne, moi qui suis si habituée aux plumes françaises ou anglaises… Malheureusement, et cela pour la première fois, je n’ai pas réussi à accrocher avec l’histoire proposée par Presse de la cité, et j’en suis sincèrement désolée. En voici les raisons…

Tout d’abord j’ai eu beaucoup de mal à accrocher avec les personnages. Nymphea m’a profondément énervée, je comprends tout à fait le message de l’auteure quant à l’envie de son personnage d’exister, et aux remords qui la surprennent dans son nouveau bonheur… Cependant, j’ai trouvé la relation amoureuse qui s’en suit vraiment très dérangeante, malaisante… Plusieurs fois je me suis surprise à être écœurée par son comportement et à douter des choix de l’auteure. Quant au rythme de l’histoire, il était beaucoup trop lent à mon goût, l’introspection des personnages difficilement amenées et pourtant prenant beaucoup de place dans le récit… Je ne vais pas m’étendre trop sur ce sujet car si ce livre vous tente, je ne tiens pas à vous décourager de le découvrir mais il a été pour moi, une vraie déception… Loin de ma zone de confort, je n’ai pas su trouver de plaisir dans cette lecture. Mais les adeptes du genre seront peut-être plus aptes à apprécier cela.

En bref

déception 2019

Une déception pour moi… Trop de lenteurs dans l’histoire, des personnages qui ne m’ont pas convaincues, à la morale douteuse. Et une histoire d’amour malsaine pour couronner le tout…

Si vous avez lu ce livre, je serais vraiment curieuse de connaitre votre avis, de comprendre pourquoi je n’ai personnellement pas accroché avec celui-ci!

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s